Mot-clé - maltraitance

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 11 septembre 2020

L'Amour au temps du coronavirus - Selma et Milos (chap. VII et VIII)


VII – Amina/Ali

— Ali, ta sœur n’est pas rentrée, tu sais où elle est ?
— Non. Je ne l’ai pas vue depuis hier soir.
— Ouh, c’est bizarre, ça, je vais voir dans sa chambre.

Dans la chambre de lycéenne bien rangée de Selma, le traversin a été mis en chien de fusil sous la couette, pour simuler la présence d’un corps, ce qu’Ali et sa mère voient tout de suite. Alors, ils comprennent que Selma a fugué. Amina commence à se tirer les cheveux, tout en proférant des imprécations dans sa langue natale. Ali, lui a tout de suite identifié un coupable.

— Ah, le fils de pute ! Si je le trouve, je lui pète la gueule !
— Mais, de qui tu parles, mon fils ?
— De qui je parle ? Mais du roumi avec qui Selma sort, tiens !
— Comment ça, ma fille sort avec un roumi et sans me le dire ? Et toi, non plus !
— J’avais pas vraiment compris avant ce soir, maman. Ils font tout en scred.
— Mais tu crois que…
— Si c’est pas fait, ça va se faire, c’est sûr, s’ils sont partis pour le week-end, c’est pas pour enfiler des perles !
— Ouh, la, la ! Avec un roumi, Mais c’est qui ?
— Le fils du mécanicien serbe du dessus.
— Milos, le vigile ?
— Ouais, c’est ce tarba, je suis sûr. Je l’ai vu rôder autour d’elle.
— Il faut réunir la famille, ton oncle et ta tante, ton cousin. Il faut qu’on décide ce qu’on va faire.
— Il faut aller à la police, d’abord, il y a enlèvement de mineure. Selma n’a pas encore dix-huit ans.
— Non, non, pas la police. La police, c’est toujours des ennuis. On va régler ça entre familles, comme on fait chez nous. Va chercher ton père au café et dis-lui que Selma a fugué.
— OK, m’man, j’y vais.

VIII – Milos/Selma

Parc naturel du Haut-Jura, France, fin mai 2020.

Le lac de Constance les attirait tous les deux, mais ils ne voulaient plus attendre. Finalement, ils ont décidé de passer ces quelques jours de liberté dans un camping du parc naturel du Haut Jura, au bord d’un lac, à deux heures de route de chez eux. Cette année, plus que jamais, et pour eux plus que pour d’autres encore, il s’agit de fuir la foule.

Milos est majeur, on lui a loué un mobile home sans la moindre difficulté. Il lui a fallu simplement négocier pour ne payer que quatre nuits ; normalement les locations se font à la semaine, mais cette année, tout est bon pour ne pas perdre des clients.

Les voilà installés. Tout le confort pour deux cents euros. Ça les étonne. Ils sont arrivés masqués, c’est la loi jusqu’au bord de la piscine. C’est un peu grand pour eux deux, habitués à vivre à l’étroit dans des appartements des années soixante-dix, depuis leur arrivée en France.

Sur un petit plateau, dans le salon, du gel hydroalcoolique et deux masques. Cette année, les cadeaux de bienvenue ont changé !

Pour entrer dans la chambre, Milos a pris Selma dans ses bras et lui a fait franchir le seuil comme dans les films. Ça a fait rire la jeune fille. Il l’a déposée sur le lit.

— Alors, qu’est-ce que tu en dis ?
— C’est trop beau ! J’ai l’impression de vivre un conte de fées, j’te dis pas !
— Qu’est-ce qu’on fait ? On essaye le lit tout de suite ?

Selma n’a pas répondu, mais a attiré Milos contre elle, enlevé son masque et le sien, puis dénoué ses longs cheveux bruns.

C’est le jour un de sa nouvelle vie. Elle en a décidé ainsi.

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, septembre 2020.

mardi 8 septembre 2020

L'amour au temps du coronavirus - Selma et Milos (chap. V et VI)

V – Selma/Amina

Amina s’est arrangée pour rester seule avec sa fille aînée. Le père joue aux dominos au café, comme tous les soirs. Son fils, Ali, doit traîner en bas avec ses potes. Le plus jeune est allé jouer à la console chez un camarade dans l’immeuble d’en face.

Le thé est servi, avec les pâtisseries traditionnelles sur la table basse ronde qui trône au salon.

— Selma, viens t’asseoir à côté de moi. J’ai à te parler…

Selma s’exécute avec un peu de mauvaise volonté. Elle pressent une conversation pénible.

— Ma fille, tu as dix-sept ans passés et ton père et moi avons pensé qu’il était temps de te chercher sérieusement un mari.
— Mais maman, je ne veux pas me marier, je suis trop jeune, je veux poursuivre mes études après mon bac.
— Des études, pour quoi faire ? Est-ce que j’en ai fait, moi, des études ? Pour être une bonne épouse et élever des enfants, ya pas besoin d’études, Les études, ça finit toujours par tourner la tête. Qu’est-ce que tu penses de Sofiane, le fils de Youssef, le marchand de primeurs ? Celui-là ferait un bon mari, Inch'Allah ! Il est sérieux, ne fume pas, ne boit pas et il prendra la suite de son père au commerce. Tu pourrais tenir la caisse, un jour.
— Maman, tu me vois en train de vendre, des pois chiches, de la semoule, des tomates et des poivrons ? Eh bien, tu n’as pas beaucoup d’ambition pour moi, dis donc.
— Mon ambition pour toi, ma fille, c’est que tu me donnes de beaux petits-enfants, Inch'Allah ! Voilà.
— J’en aurai, un jour, quand je l’aurai décidé et avec qui j’aurai décidé.
— Ça, ma fille, c’est ce que tu rêves, mais la vie, c’est autrement. Pour finir, je voulais te dire que ton père et moi avons invité Sofiane et sa famille pour la prochaine rupture du jeûne, l’Aïd-el-Fitr. Comme ça, nous pourrons faire connaissance.
— Maman !!!
— C’est comme ça. Tu discutes pas, s’il te plaît.

Selma s’est levée brusquement pour aller s’enfermer dans sa chambre en claquant la porte. Décidément, le cadre familial est de moins en moins supportable pour elle.

VI – Selma/Milos

Après leur rencontre-choc dans l’escalier, Selma et Milos se sont revus souvent, au mépris des avertissements d’Ali, des prétentions de ses parents et des injonctions du gouvernement dues à la situation sanitaire. De faux hasards au début en vrais rendez-vous ensuite, une fois le déconfinement intervenu, ils ont rapidement franchi les étapes d’une relation amoureuse secrète pour bientôt chercher à l’assumer au grand jour.

— Selma, j’ai plus envie qu’on s’embrasse dans les coins et qu’on se voie sur les toits ou dans les caves. On est grillés de partout. Tes parents vont l’apprendre sous peu, c’est sûr. Je voudrais pouvoir passer une nuit entière avec toi,, que tu te réveilles dans mes bras., dans un lit à nous....J’ai un boulot, pas trop mal payé, je suis prêt à t’épouser si tu veux de moi…
— Milos chéri, tu crois pas que tu vas un peu vite ? Il n’y a que trois mois que l’on se fréquente. Comme tu dis, on n’a pas encore passé une nuit entière tous les deux.
— Tu veux pas vraiment de moi, c’est ça ? T’amuser un peu, d’accord, mais t’engager, non.
— Excuse-moi, Milos, mais tout ça va trop vite, tu sais. Est-ce qu’on est capables de se supporter toute une journée ? On n’en sait rien. Alors, toute une vie…
— Moi, je sais que tu es la femme de ma vie, Selma, je n’ai aucun doute là-dessus.
— Moi non plus, Milos, je n’ai pas de doute, mais j’ai trois ans de moins que toi et je ne serai majeure que dans six mois. Franchissons les étapes pas à pas, si tu veux bien. Présente ta demande à mes parents, fiançons-nous et dans un an, nous verrons. Ce serait plus raisonnable, tu ne crois pas ? D’ailleurs, même si on le voulait, on ne pourrait pas organiser en ce moment de fête de mariage avec la famille. Les regroupements de plus de dix personnes sont interdits, non ?

Une barre de contrariété vient froncer le front de Milos. Il lui faut bien reconnaître que des deux, c’est Selma la plus raisonnable.

— La fête, on s’en fout un peu, non ? Bon, pas nos familles, c’est sûr.
— Mais vu la situation, elles ne voudront jamais se lancer là-dedans, Milos. Financièrement, ce serait difficile aussi. Ton père est en travail partiel, non ? Mon frère au chômage, mon père en invalidité. On se serre déjà la ceinture.
— Et moi qui voulais te faire une surprise : la semaine prochaine, c’est la Pentecôte pour les chrétiens et le lundi est férié, C’est vraiment con que les campings ne rouvrent que mardi. Ça nous aurait fait un week-end de trois jours. On aurait pu partir quelque part tous les deux. Mais je vais quand même essayer de poser ma semaine. L’Italie vient de rouvrir ses frontières. Qu’est-ce que tu en dis ?
— En Italie ? T’es pas ouf ? Avec tous les cas de virus qu’il y a eu chez eux ! Et partir comme ça…
— Je ne sais pas, chez toi, tu ne peux pas dire que tu vas chez ta copine Marie ?
— Je suis déjà allée dormir chez elle une ou deux fois, mais là, maintenant, avec la Covid, ça me paraît compliqué. Et on irait où, les frontières ne sont pas encore rouvertes ?
— Non, mais le 15 les passages seront à nouveau autorisés et à l’intérieur de l’Union européenne une carte d’identité suffit. Alors, on pourrait faire ça, partir jusqu’à dimanche, on verra où. Je te prendrais chez Marie, disons, jeudi matin, dix heures, ça t’irait ? Tes parents et les siens se connaissent ?
— Non.
— Bon, comme ça, ils n’iront pas cafter. Tu pourrais même me présenter comme ton petit copain.
— Non, je ne crois pas que ça soit possible. Avec le virus, c’est tout juste si ma mère me laisse aller acheter le pain, alors quitter la maison plusieurs jours…
— Il ne reste plus qu’une solution, dans ce cas.
— Laquelle ?
— Partir sans rien dire.
— Fuguer ? Mais t’es ouf grave ! Et les bagages ?
— On s’en fout, tu enfiles deux tenues l’une sur l’autre et c’est bon.
— Tu crois ça, toi ? C’est bien une idée de keum.
— Ce sera notre premier week-end en amoureux, tu te rends compte ?
— Oui, Milos, mais c’est un double saut dans l’inconnu que tu me demandes, tu le sais ?
— Tu as raison, c’en est un pour moi aussi.

Un long baiser vient sceller ce programme encore voilé d’incertitudes et de mystère.

(à suivre) ©Pierre-Alain GASSE, septembre 2020.

vendredi 4 septembre 2020

L'Amour au temps du coronavirus - Selma et Milos (Prologue, chap. I et II)

Fresque murale en cours d'achèvement sur Venice Beach (Californie) © Mario Tama, avril 2020, DR.

Drame en dix tableaux

Prologue

Besançon, France, août 2020.

La cité est calme encore, mais les guetteurs sont déjà en place. Ces deux ados, là, casquette à l’envers et masque sous le nez, qui font du skate dans les allées entre les blocs en sont. Ces deux plus grands qui fument, protection sous le menton, sur les marches du bloc d’en face aussi. Et pas mal d’autres que vous ne repérez pas, que vous ne voyez pas, mais qui vous suivent à la trace, dès que vous pénétrez sur leur territoire. Les plus jeunes ont huit, dix ans, les plus âgés treize, quatorze. Après, les meilleurs deviendront dealers à leur tour. Ils se font leur argent de poche comme ça et c’est bien plus que leurs parents ne pourraient leur donner. La plupart des familles sont au courant, et toutes redoutent que leurs garçons ne soient recrutés, car à la moindre désobéissance au chef, les représailles sont lourdes.

Dans une heure, le deal va commencer; un ballet de voitures, qui ne coupent même pas leur moteur pour la plupart. Un type masqué sort d’un immeuble, jette un regard alentour avant de s’approcher de la vitre baissée. Tu passes commande, il t’annonce le prix et rentre à nouveau dans l’immeuble. Le temps d’aller chercher la came dans sa cachette ou chez une des nourrices et il revient vers toi. Il est ganté. Une poignée de main rapide et la voiture s’éloigne. Un ou des billets roulés contre un papier blanc plié, un cacheton ou une gélule. La marchandise a changé de main en quelques secondes et le néophyte n’en a rien vu.

I – Selma/Ali

Il y a deux ans de cela, Selma et ses frères, ses parents ont émigré de Kula, un petit village d’une centaine d’habitants, rattaché à la ville de Zenica, au centre de la Bosnie-Herzégovine pour venir à Besançon. Ce n’était pas une destination au hasard. Depuis la guerre du Kosovo, ils ont de la famille ici. Et ils savent que la ville abrite une forte communauté des Balkans.

C’est ainsi qu’ils ont emménagé dans un immeuble qui regroupe des émigrés d’origines diverses, serbe, croate, bosniaque, kosovare, albanaise, non sans rivalités, altercations et règlements de comptes périodiques. Dans l’exil, ce qui les unit semble plus fort que ce qui les divise, mais les limites sont très fragiles.

À l’étage au-dessus d’eux habite une famille chrétienne orthodoxe d’origine serbe. Le père est mécanicien chez Swatch. Ils ont trois enfants : un fils aîné et deux fillettes et fréquentaient la paroisse Saint-Basile dans le quartier Saint-Claude, avant le confinement.

Chez elle, ils sont cinq aussi. Son frère Ali, de vingt-deux ans, elle, qui en a dix-sept et un petit dernier de huit ans.

Sa famille à elle fréquentait la mosquée Souna, rue de Vesoul. Tout près du gymnase Saint-Claude. Mais elle est fermée pour l’instant.

Pour elle, ce n’est pas la joie. Elle a dix-sept et déjà on parle de la marier. Sa mère cherche un bon musulman dans leurs relations, quelqu’un qui ne deale pas et ne se drogue pas. Le métier importe moins. Heureusement, ça ne court pas trop les rues par ici.

Mais elle est inquiète. Au lycée en première, elle connaît des filles qu’on a mariées contre leur gré et qu’elle n’a plus revues ensuite. Adieu les études! Finis les rêves de métier valorisant. Leur horizon : maternités à répétition, la soumission au mari et des tas d’interdits : ne pas fumer, ne pas boire, ne pas danser, ni écouter de la musique à la mode ou s’habiller sexy pour sortir. Peut-être même porter le voile, alors que chez elle, depuis son arrivée en France, elle ne le porte pas ! Bon, c’est vrai que maintenant avec la Covid et le masque, ça change un peu la donne !

Chaque jour ou presque depuis quelque temps, Selma s’arrange pour remonter à l’appartement vers 19 heures. Elle espère chaque fois croiser l’inconnu du dessus, mais son grand frère a vite éventé son manège. Ce soir, il l’a retenue par le bras sur le palier, avant qu’elle ne rentre à la maison :

— Tu fais quoi avec ce mécréant, p’tite sœur ?
— Mais rien du tout, t’occupe, est.ce que je te demande, moi, ce que tu glandes avec tes potes, dans les caves de l’immeuble ou en bas de la cage d’escalier ?
— Tu ne me parles pas comme ça, d’accord ? Ce serait risqué pour toi qu’on sache que tu fais la tepu avec un roumi. Parfois, il se passe des trucs dans les caves, comme tu dis.
— D’abord, je fais la tepu avec personne et toi, tu prétends me protéger, tu surveilles mes tenues, mes copines, mes sorties et tu veux me livrer à tes potes ? C’est dégueulasse ! Tu me lâches ou je m’arrache d’ici !
Joignant le geste à la parole, Selma se débat pour se libérer de l’emprise d’Ali et y parvient.
— Maman a raison. Il est grand temps de te trouver un mari pour t’apprendre la vraie vie.
— Bouffon, va !

L’ouverture de la porte par leur mère, attirée par les éclats de voix, met fin à la prise de bec, alors qu’Ali s’apprêtait à lever la main sur sa sœur.
— Qu’est-ce que vous faites à crier sur le palier ? Allez, rentrez. Après, on sera en retard pour la prière de Maghrib.

Chez Selma, on ne discute pas les ordres de sa mère. Même son père file doux.

II – Selma/Marie

Au lycée Claude-Nicolas Ledoux, en troisième, il y a deux ans, Selma a fait la connaissance de Marie, une fille de commerçant de son quartier qui est devenue sa meilleure amie. Marie est roumi, mais Selma s’en fout. Elles ne parlent jamais de religion.

Ce dont elles parlent le plus, c’est des garçons, bien sûr. De plus en plus, depuis qu’elles sont au lycée. La plupart des filles ont déjà un petit copain. Elles, pas encore.

Marie a un frère qui est dans un autre établissement ; l’année où il devait rentrer en seconde, il n’y avait plus de place ici, il a été affecté à Louis Pergaud. C’est comme ça que Selma a vu son voisin ailleurs que dans l’escalier. Lui et le frère de Marie étaient venus attendre des filles de son lycée à la sortie des cours. Tout de suite, elle est tombée sous le charme de ce grand brun baraqué, mais ce jour-là, il ne l’a absolument pas calculée. Lui et son copain n’avaient d’yeux que pour une bombe blonde, qui faisait tourner toutes les têtes du lycée et dont la réputation flambait sur les réseaux sociaux.

Selma aurait voulu la faire rentrer six pieds sous terre, cette bâtarde !

Par le frère de Marie, elle a pu savoir comment s’appelait son copain : Milos.

Alors, lorsque ce soir-là, en rentrant à l’appartement, elle a croisé Milos, elle n’en a pas cru ses yeux.

Elle savait que ce garçon habitait la cité, mais son immeuble, non. Leurs horaires ne coïncidaient pas, sans doute. Et vu de près, il était encore mieux.

Marie le lui a bien dit.

— S’il te plaît, fonce, parce que celui-là, il ne va pas rester longtemps sur le marché. D’ailleurs, si tu n’en veux pas, moi j’y vais !
— T’as pas intérêt !
— OK, d’accord. Je te le laisse.

Marie est du genre qui plaît beaucoup, aux garçons comme aux filles : longue silhouette, courbes voluptueuses, yeux bleus et chevelure blonde bouclée.
Selma serait presque son opposé : plus petite, plus mince, yeux noirs et cheveux assortis qui lui atteignent le bas du dos lorsqu’ils sont dénoués. Elle est très fière de ses cheveux et refuse de les couper.

Quand Selma a appris à Marie que ce garçon habitait son propre immeuble, un étage au-dessus, celle-ci s’est écriée :

— Alors ça, ma vieille, si c’est pas un signe… !

Normalement, ils n’ont pas trop d’occasions de se rencontrer. Mais ils peuvent se croiser dans l’escalier de l’immeuble, le soir.

En effet, c’est Milos, en fils serviable, qui descend les poubelles quand il va prendre son service. Il est vigile de nuit pour une société de gardiennage (le nom est écrit dans le dos de son blouson) et travaille en binôme avec un maître-chien.
Avec sa coupe militaire, ses rangers, son pantalon et son blouson de toile noire, il lui faisait un peu peur, vraiment, au début.

Mais elle a vu comment il est avec les petits, super protecteur et gentil et ça l’a rassurée un peu. Et l’idée que ce grand gaillard puisse la protéger à la place de la tutelle tatillonne de son frère lui a bientôt traversé l’esprit.

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, septembre 1020.