L'Amour au temps du coronavirus - Selma et Milos (chap. VII et VIII)


VII – Amina/Ali

— Ali, ta sœur n’est pas rentrée, tu sais où elle est ?
— Non. Je ne l’ai pas vue depuis hier soir.
— Ouh, c’est bizarre, ça, je vais voir dans sa chambre.

Dans la chambre de lycéenne bien rangée de Selma, le traversin a été mis en chien de fusil sous la couette, pour simuler la présence d’un corps, ce qu’Ali et sa mère voient tout de suite. Alors, ils comprennent que Selma a fugué. Amina commence à se tirer les cheveux, tout en proférant des imprécations dans sa langue natale. Ali, lui a tout de suite identifié un coupable.

— Ah, le fils de pute ! Si je le trouve, je lui pète la gueule !
— Mais, de qui tu parles, mon fils ?
— De qui je parle ? Mais du roumi avec qui Selma sort, tiens !
— Comment ça, ma fille sort avec un roumi et sans me le dire ? Et toi, non plus !
— J’avais pas vraiment compris avant ce soir, maman. Ils font tout en scred.
— Mais tu crois que…
— Si c’est pas fait, ça va se faire, c’est sûr, s’ils sont partis pour le week-end, c’est pas pour enfiler des perles !
— Ouh, la, la ! Avec un roumi, Mais c’est qui ?
— Le fils du mécanicien serbe du dessus.
— Milos, le vigile ?
— Ouais, c’est ce tarba, je suis sûr. Je l’ai vu rôder autour d’elle.
— Il faut réunir la famille, ton oncle et ta tante, ton cousin. Il faut qu’on décide ce qu’on va faire.
— Il faut aller à la police, d’abord, il y a enlèvement de mineure. Selma n’a pas encore dix-huit ans.
— Non, non, pas la police. La police, c’est toujours des ennuis. On va régler ça entre familles, comme on fait chez nous. Va chercher ton père au café et dis-lui que Selma a fugué.
— OK, m’man, j’y vais.

VIII – Milos/Selma

Parc naturel du Haut-Jura, France, fin mai 2020.

Le lac de Constance les attirait tous les deux, mais ils ne voulaient plus attendre. Finalement, ils ont décidé de passer ces quelques jours de liberté dans un camping du parc naturel du Haut Jura, au bord d’un lac, à deux heures de route de chez eux. Cette année, plus que jamais, et pour eux plus que pour d’autres encore, il s’agit de fuir la foule.

Milos est majeur, on lui a loué un mobile home sans la moindre difficulté. Il lui a fallu simplement négocier pour ne payer que quatre nuits ; normalement les locations se font à la semaine, mais cette année, tout est bon pour ne pas perdre des clients.

Les voilà installés. Tout le confort pour deux cents euros. Ça les étonne. Ils sont arrivés masqués, c’est la loi jusqu’au bord de la piscine. C’est un peu grand pour eux deux, habitués à vivre à l’étroit dans des appartements des années soixante-dix, depuis leur arrivée en France.

Sur un petit plateau, dans le salon, du gel hydroalcoolique et deux masques. Cette année, les cadeaux de bienvenue ont changé !

Pour entrer dans la chambre, Milos a pris Selma dans ses bras et lui a fait franchir le seuil comme dans les films. Ça a fait rire la jeune fille. Il l’a déposée sur le lit.

— Alors, qu’est-ce que tu en dis ?
— C’est trop beau ! J’ai l’impression de vivre un conte de fées, j’te dis pas !
— Qu’est-ce qu’on fait ? On essaye le lit tout de suite ?

Selma n’a pas répondu, mais a attiré Milos contre elle, enlevé son masque et le sien, puis dénoué ses longs cheveux bruns.

C’est le jour un de sa nouvelle vie. Elle en a décidé ainsi.

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, septembre 2020.