L'amour au temps du coronavirus - Selma et Milos (chap. V et VI)

V – Selma/Amina

Amina s’est arrangée pour rester seule avec sa fille aînée. Le père joue aux dominos au café, comme tous les soirs. Son fils, Ali, doit traîner en bas avec ses potes. Le plus jeune est allé jouer à la console chez un camarade dans l’immeuble d’en face.

Le thé est servi, avec les pâtisseries traditionnelles sur la table basse ronde qui trône au salon.

— Selma, viens t’asseoir à côté de moi. J’ai à te parler…

Selma s’exécute avec un peu de mauvaise volonté. Elle pressent une conversation pénible.

— Ma fille, tu as dix-sept ans passés et ton père et moi avons pensé qu’il était temps de te chercher sérieusement un mari.
— Mais maman, je ne veux pas me marier, je suis trop jeune, je veux poursuivre mes études après mon bac.
— Des études, pour quoi faire ? Est-ce que j’en ai fait, moi, des études ? Pour être une bonne épouse et élever des enfants, ya pas besoin d’études, Les études, ça finit toujours par tourner la tête. Qu’est-ce que tu penses de Sofiane, le fils de Youssef, le marchand de primeurs ? Celui-là ferait un bon mari, Inch'Allah ! Il est sérieux, ne fume pas, ne boit pas et il prendra la suite de son père au commerce. Tu pourrais tenir la caisse, un jour.
— Maman, tu me vois en train de vendre, des pois chiches, de la semoule, des tomates et des poivrons ? Eh bien, tu n’as pas beaucoup d’ambition pour moi, dis donc.
— Mon ambition pour toi, ma fille, c’est que tu me donnes de beaux petits-enfants, Inch'Allah ! Voilà.
— J’en aurai, un jour, quand je l’aurai décidé et avec qui j’aurai décidé.
— Ça, ma fille, c’est ce que tu rêves, mais la vie, c’est autrement. Pour finir, je voulais te dire que ton père et moi avons invité Sofiane et sa famille pour la prochaine rupture du jeûne, l’Aïd-el-Fitr. Comme ça, nous pourrons faire connaissance.
— Maman !!!
— C’est comme ça. Tu discutes pas, s’il te plaît.

Selma s’est levée brusquement pour aller s’enfermer dans sa chambre en claquant la porte. Décidément, le cadre familial est de moins en moins supportable pour elle.

VI – Selma/Milos

Après leur rencontre-choc dans l’escalier, Selma et Milos se sont revus souvent, au mépris des avertissements d’Ali, des prétentions de ses parents et des injonctions du gouvernement dues à la situation sanitaire. De faux hasards au début en vrais rendez-vous ensuite, une fois le déconfinement intervenu, ils ont rapidement franchi les étapes d’une relation amoureuse secrète pour bientôt chercher à l’assumer au grand jour.

— Selma, j’ai plus envie qu’on s’embrasse dans les coins et qu’on se voie sur les toits ou dans les caves. On est grillés de partout. Tes parents vont l’apprendre sous peu, c’est sûr. Je voudrais pouvoir passer une nuit entière avec toi,, que tu te réveilles dans mes bras., dans un lit à nous....J’ai un boulot, pas trop mal payé, je suis prêt à t’épouser si tu veux de moi…
— Milos chéri, tu crois pas que tu vas un peu vite ? Il n’y a que trois mois que l’on se fréquente. Comme tu dis, on n’a pas encore passé une nuit entière tous les deux.
— Tu veux pas vraiment de moi, c’est ça ? T’amuser un peu, d’accord, mais t’engager, non.
— Excuse-moi, Milos, mais tout ça va trop vite, tu sais. Est-ce qu’on est capables de se supporter toute une journée ? On n’en sait rien. Alors, toute une vie…
— Moi, je sais que tu es la femme de ma vie, Selma, je n’ai aucun doute là-dessus.
— Moi non plus, Milos, je n’ai pas de doute, mais j’ai trois ans de moins que toi et je ne serai majeure que dans six mois. Franchissons les étapes pas à pas, si tu veux bien. Présente ta demande à mes parents, fiançons-nous et dans un an, nous verrons. Ce serait plus raisonnable, tu ne crois pas ? D’ailleurs, même si on le voulait, on ne pourrait pas organiser en ce moment de fête de mariage avec la famille. Les regroupements de plus de dix personnes sont interdits, non ?

Une barre de contrariété vient froncer le front de Milos. Il lui faut bien reconnaître que des deux, c’est Selma la plus raisonnable.

— La fête, on s’en fout un peu, non ? Bon, pas nos familles, c’est sûr.
— Mais vu la situation, elles ne voudront jamais se lancer là-dedans, Milos. Financièrement, ce serait difficile aussi. Ton père est en travail partiel, non ? Mon frère au chômage, mon père en invalidité. On se serre déjà la ceinture.
— Et moi qui voulais te faire une surprise : la semaine prochaine, c’est la Pentecôte pour les chrétiens et le lundi est férié, C’est vraiment con que les campings ne rouvrent que mardi. Ça nous aurait fait un week-end de trois jours. On aurait pu partir quelque part tous les deux. Mais je vais quand même essayer de poser ma semaine. L’Italie vient de rouvrir ses frontières. Qu’est-ce que tu en dis ?
— En Italie ? T’es pas ouf ? Avec tous les cas de virus qu’il y a eu chez eux ! Et partir comme ça…
— Je ne sais pas, chez toi, tu ne peux pas dire que tu vas chez ta copine Marie ?
— Je suis déjà allée dormir chez elle une ou deux fois, mais là, maintenant, avec la Covid, ça me paraît compliqué. Et on irait où, les frontières ne sont pas encore rouvertes ?
— Non, mais le 15 les passages seront à nouveau autorisés et à l’intérieur de l’Union européenne une carte d’identité suffit. Alors, on pourrait faire ça, partir jusqu’à dimanche, on verra où. Je te prendrais chez Marie, disons, jeudi matin, dix heures, ça t’irait ? Tes parents et les siens se connaissent ?
— Non.
— Bon, comme ça, ils n’iront pas cafter. Tu pourrais même me présenter comme ton petit copain.
— Non, je ne crois pas que ça soit possible. Avec le virus, c’est tout juste si ma mère me laisse aller acheter le pain, alors quitter la maison plusieurs jours…
— Il ne reste plus qu’une solution, dans ce cas.
— Laquelle ?
— Partir sans rien dire.
— Fuguer ? Mais t’es ouf grave ! Et les bagages ?
— On s’en fout, tu enfiles deux tenues l’une sur l’autre et c’est bon.
— Tu crois ça, toi ? C’est bien une idée de keum.
— Ce sera notre premier week-end en amoureux, tu te rends compte ?
— Oui, Milos, mais c’est un double saut dans l’inconnu que tu me demandes, tu le sais ?
— Tu as raison, c’en est un pour moi aussi.

Un long baiser vient sceller ce programme encore voilé d’incertitudes et de mystère.

(à suivre) ©Pierre-Alain GASSE, septembre 2020.