La Vie après Jeanne - Chronique d'amours contingentes - Chapitre 5

jackieetpierre2.jpg, mai 2020

Cette bonne entente au lit, ciment de tous les couples qui veulent durer, je ne vous apprends rien, n'est pas une panacée pour autant. Il y a des désaccords qui résistent à tous les traitements, pour agréables et bénéfiques qu'ils soient !

Mes visites au cimetière en sont un.

Après le décès de Jeanne et ma sortie de l'établissement de soins de suite, j'avais pris l'habitude de me rendre sur la tombe de feue mon épouse, au cimetière de Saint-Laurent, chaque matin, avant midi. Non pas que je croie à la vie éternelle, cela m'a passé dès après ma communion solennelle, mais c'était pour moi, outre une promenade hygiénique, l'occasion de soliloquer à loisir et de commenter les avancées de ma relation avec Jackie, parfois à voix haute d'ailleurs, ce qui ne laissait pas d'intriguer les bigotes habituées du lieu.

Eh bien, figurez-vous qu'elle aurait voulu que je cesse et que je me contente de fleurir sa tombe à la Toussaint, comme tout le monde, arguant du fait que, elle, ne passe pas son temps dans le cimetière de Saint-Julien ! Je lui ai rétorqué que je n'en savais rien et qu'au final, je m'en moquais.

Cela ne lui a pas plu du tout, du tout. Nous avons fait chambre à part pendant deux jours.

C'est quand je l'ai vue sortir sa valise de dessous le lit, que je me suis résolu à mettre de l'eau dans mon vin. Nous avons transigé à une fois par mois.

J'y vais pendant qu'elle est chez le coiffeur. Jackie renouvelle son indéfrisable (ah, c'est vrai qu'on dit permanente aujourd'hui) avec régularité. Je la dépose, car elle ne conduit pas, je fais mon tour, je vais la rechercher et elle ne me demande pas où j'étais. Voilà le modus vivendi auquel nous sommes parvenus, non sans mal, sur ce sujet.

C'est sans doute la clé du problème dans la recomposition d'une vie à deux : il faut se défaire d'habitudes anciennes pour en acquérir de nouvelles avec le conjoint, compagnon ou compagne qui arrive. Certaines se prennent aisément, en particulier dans l'euphorie fusionnelle des premiers temps, mais d'autres, souvent plus révélatrices de travers que de qualités, sont plus ardues à perdre.

En ce qui me concerne, c'est le cas de ma propension exagérée - maladive, dit Jackie - au rangement et à la propreté. Déformation professionnelle, d'horloger bijoutier, sans doute, mais acquise depuis si longtemps, en réalité depuis l'enfance dans le sillage de mon père, qu'il m'est très difficile d'y remédier.

Je ne supporte pas le désordre. Ma devise : une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ! Et j'abhorre la saleté.

Jackie vous dirait que je suis maniaque au plus haut point, mais elle exagère beaucoup. Il y a un sujet sur lequel je concède qu'elle a raison : ma voiture ! Cette DS 21 décapotable crème et café des années soixante, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux ; davantage encore depuis qu'elle a été accidentée et réparée. Après chaque sortie, je l'astique du plus petit chrome à la dernière des surfaces de cuir et à Jackie, cela lui tape sur les nerfs. Je le comprends, mais c'est plus fort que moi.

Je me demande parfois si elle n'en est pas jalouse ! Heureusement, cela lui passe quand nous roulons, capote baissée, et que l'on se retourne à notre passage !

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, mars 2020, 9e jour du confinement.