La Vie après Jeanne - chronique d'amours contingentes - Chapitre 4

jackieetpierre2.jpg, mai 2020

C'est un autre des miracles de cette affaire. J'ai retrouvé une vigueur que je croyais enfuie. Il suffit que Jackie me pose la main sur la cuisse pour qu'aussitôt mon corps réagisse. Et de belle manière, vous pouvez m'en croire. C'est inespéré !

Comme le temps nous est compté (surtout le mien, j'en conviens), nous en profitons, autant que faire se peut, car si les femmes n'ont pratiquement pas de limites en ce domaine, et Jackie encore moins, je crois bien, il n'en est pas de même pour moi, vous vous en doutez bien. Alors, elle m'a initié aux accessoires qui permettent de m'économiser un peu !

Je connais le qu'en dira-t-on de Saint-Julien-l'Ars : "Elle va l'enterrer en moins de six mois, c'est sûr, avec le tempérament qu'elle a !" et je m'en moque bien. À Saint-Laurent, nous sommes encore épargnés, son installation chez moi est trop récente.

Je lui dis "chérie", vous l'avez noté, je pense, le terme m'est venu tout naturellement lors de son premier séjour chez moi (entre nous, je l'utilisais déjà avec Jeanne) mais elle, curieusement, continue à m'appeler "Pierre", comme au premier jour. Par contre, nous avons abandonné le vouvoiement d'un accord tacite lorsque je suis sorti du coma artificiel.

Inutile de vous préciser qui a fait le premier pas pour passer de l'amical à l'intime. C'est Jackie, bien entendu. Cela a commencé par un chaste baiser sur les lèvres, alors que j'étais enfin débarrassé de tous mes tuyaux sur mon lit de souffrance, à la fin d'une de ses visites. C'est devenu un rituel à partir de ce jour-là.

Pour le reste, nous avons profité de circonstances plus ou moins consciemment provoquées, en terrain neutre. C'était lors d'un week-end improvisé à La Rochelle. J'étais arrivé la veille chez Jackie. Il faisait beau et la côte était à deux heures de route à peine. Alors, dès le samedi matin, après une nuit passée dans nos chambres respectives, nous avons pris la Nationale 147 et pour midi, nous étions sous les arcades du centre-ville de la capitale de l'Aunis.

C'est là qu'un Logis de France, rue du Minage, à huit minutes à pied du port, nous a tendu les bras et que le coup de pouce du destin s'est produit. Nous pensions nous contenter de lits jumeaux, mais il ne restait plus qu'une chambre avec un grand lit. Nous nous sommes regardés, Jackie a souri et nous avons dit oui.

J'avoue que j'ai été un peu tendu le reste de la journée. Si Jackie est une femme fort bien conservée pour son âge, consciente de ses charmes, moi, que voulez-vous, j'accuse mes presque quatre-vingts ans : habillé, je trompe un peu mon monde, j'ai encore de la prestance, mais mis à nu, j'ai l'air d'un échalas aux os qui pointent ici et là, aux muscles amaigris, à la peau flasque et couverte de taches de vieillesse. Je tentais de me rassurer en me disant qu'elle m'avait déjà vu en pire état à l'hôpital, mais pour tout dire, au fil des heures qui passaient, je n'en menais quand même pas large !

Le dîner en tête-à-tête achevé, à parler de choses anodines, après une petite promenade digestive, nous avons regagné notre chambre, tiré les rideaux, puis les doubles rideaux. Jackie a investi la salle de bains après que je me sois lavé les dents. Je me suis déshabillé à la hâte et, revêtu de mon plus beau pyjama, me suis glissé sous les draps.

Jackie, fine mouche qu'elle est, ressortie nue de la salle de bains, a pris tout son temps pour enfiler une seyante nuisette, avant de me rejoindre.

J'ai éteint la lumière et il paraît que j'ai fait des étincelles !

Je n'en crois rien. Pure flatterie de sa part. Disons que j'ai tenu ma place, sans faiblir. C'est déjà pas mal.

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, mars 2020, 8e jour du confinement.