La Vie après Jeanne (chronique d'amours contingentes) - Chapitre 2

jackieetpierre2.jpg, mai 2020

C'est un personnage, vous savez. Avec une force d'âme, un appétit de vivre et une insouciance du qu'en-dira-t-on qui forcent l'admiration.

Jackie (elle trouve Jacqueline trop vieux) s'est retrouvée veuve en trois secondes ! Son mari était boucher et a pris à l'abattoir un stupide coup de masse destiné au bœuf qu'il maintenait. C'était il y a vingt-deux ans. Elle avait donc, attendez que je calcule, quarante-cinq ans. C'est bien jeune pour connaître le veuvage. Moi, j'en avais soixante-dix-sept quand cela m'est arrivé. Mais le fardeau est le même, à tout âge. Ce statut commun nous a rapprochés dès le début, c'est certain.

Ceci dit, si vous la voyiez, vous lui donneriez à coup sûr dix ans de moins. Cela arrive souvent chez les gens un peu replets. Les rides ont moins de prise sur eux. Heureusement qu'elle ne m'entend pas, elle est très coquette encore et n'aime pas que l'on brocarde le physique.

Avec tout ça, vous pensez bien qu'elle ne m'a pas attendu jambes serrées et culotte cadenassée. Elle a pris le bon temps qui s'est présenté, jetant son bonnet par-dessus les moulins, comme disait ma mère, à chaque fois que l'occasion lui en a été donnée. J'ai bien tenté d'avoir des précisions, mais elle m'a entouré de ses bras et chanté trois vers de Jacques Brel :

Bien sûr, (j'ai pris) quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte.

Que pouvais-je répondre à ce passage de la Chanson des vieux amants, sinon l'embrasser ? Chapitre clos.

Bon, je ne suis pas trop mal conservé pour mon âge, non plus, il faut dire, et j'ai toujours été tiré à quatre épingles, commerce oblige.

Et donc, lors de ma première visite, j'avais bien remarqué quelques approches de sa part, dès le premier soir, et plus encore le lendemain matin, mais par respect pour la mémoire de Jeanne, ma défunte épouse, je n'avais pas voulu y céder.

Et quand elle m'avait offert l'hospitalité du retour, je n'avais tout d'abord pas pris cela plus au sérieux qu'une formule de politesse, plus ou moins intéressée. Après tout, il fallait bien qu'elle remplisse ses chambres à louer !

Mais, durant mon voyage, à plusieurs reprises, le souvenir de cette rencontre était venu peupler mes rêves. Cela m'a paru un signe assez clair. Et finalement, vous connaissez la décision que j'ai prise.

Voilà bientôt deux ans de cela et je ne regrette rien, en dépit de l'accident survenu et des quelques séquelles qu'il a entraînées.

(à suivre)

©Pierre-Alain GASSE, mars 2020.